Le projet

javier-allegue-barros-C7B-ExXpOIE-unsplash

Élaborer des perspectives d’avenir solides pour nos agriculteurs

Le monde agricole français traverse depuis des années une multitude de crises économiques et sanitaires qui font régulièrement l’actualité. L’une des inquiétudes majeures concerne la crise des vocations : ainsi que le révèle une étude de la Mutualité sociale agricole, le métier n’attire plus car il n’est pas bien payé, il est difficile et il est mal perçu dans la société. Un tiers des agriculteurs gagne moins de 350 €/mois. Le nombre de chefs d’exploitation baisse ainsi de 1,5 à 2 % chaque année et la moitié d’entre eux partiront en retraite dans les 10 prochaines années.

Pourtant, l’agriculture agrège des millions d’euros de subventions supposées soutenir efficacement le secteur. Face à cette situation, le Césama réfléchit à l’efficience du modèle agricole français et propose des pistes de réformes afin d’assurer des perspectives d’avenir solides à nos agriculteurs.

Répondre aux préoccupations environnementales contemporaines

Les difficultés économiques ne sont pas les seules raisons de repenser les métiers agricoles. Ces dernières années, de nombreux spécialistes des questions environnementales ont en effet montré que l’élevage joue un rôle important dans le réchauffement climatique, dans la déforestation et dans la diminution de la biodiversité de notre planète. L’une des réponses possibles à ces problématiques est la réduction de la part de l’élevage dans l’agriculture couplée à une politique publique de végétalisation de l’alimentation, ce qui produirait du même coup des effets bénéfiques pour la santé publique, limiterait le recours à l’élevage intensif et réduirait les inquiétudes des citoyens concernant le bien-être animal.

Un tel projet politique ne peut toutefois se faire sans en étudier soigneusement les conséquences pour les agriculteurs, qui craignent à raison d’être les grands oubliés dans ce genre de scénario et en viennent à ne percevoir les préoccupations environnementales que comme des formes d’agribashing.

jonathan-brinkhorst-HoooiiyON4s-unsplash

Étudier les scénarios de végétalisation des productions en prêtant attention au devenir des métiers

Le Césama entend déterminer à quel point une réorientation de l’agriculture française vers davantage de productions végétales pourrait se révéler bénéfique pour les agriculteurs, et dans quelles conditions une réorientation de ce type pourrait se réaliser.

Il conviendra notamment d’évaluer, suivant les situations professionnelles, les caractéristiques d’une agriculture rentable économiquement et répondant aux attentes des consommateurs, en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés.

Il faudra en outre analyser le coût ou les bénéfices qu’induirait un changement de modèle agricole, ce qui suppose une étude économique approfondie. Aussi le Césama entend-il apporter son expertise pour réaliser de tels travaux.

C’est un projet ambitieux, mais le Césama espère que les agriculteurs et responsables politiques s’engageront dans ce travail prospectif fondamental, s’agissant d’un enjeu majeur pour notre société.